calvitie causes

La calvitie, notamment connue sous le nom de « alopécie » en dermatologie, désigne la perte de cheveu plus ou moins importante sur certaines zones précises du crane.

Elle concerne les hommes en grande partie (80% des cas après 50ans) mais également les femmes même si ces dernières sont moins touchées par le phénomène.

Il existe plusieurs raisons qui peuvent expliquer cette perte de cheveux dont l’hérédité, et peut être permanente ou temporaire selon les cas.

Les causes de la calvitie

Les différentes causes pouvant entrainées la calvitie sont les suivantes :

–          La calvitie héréditaire : celle-ci touche majoritairement les hommes et est causée par une hormone appelée « dihydrotestostérone » (DHT). Elle serait à l’origine de l’inactivité du filicule pileux qui ne produirait que de minuscules cheveux invisibles à l’œil nu.

Elle est héréditaire, donc génétique et concernerait 95%  des cas de calvitie chez les hommes.

–          La calvitie aigue : touchant la plupart des personnes souffrant de carences alimentaires, de stress ou suivant un traitement par chimiothérapie.

–          La calvitie localisée : elle est provoquée par un problème de peau comme la pelade par exemple, une infection ou des parasites.

–          La pelade : elle entraine une chute de cheveux ; les causes n’en sont pas encore véritablement connues. Il semblerait que ce soit le système immunitaire qui se rebelle en luttant contre le système pileux.

Quand la chute de cheveux est relative qu’à certaines zones de la tête, on parle d’Alopécie areata, par contre quand le crane entier est atteint on parle d’Alopécie totalis.

Enfin, la généralisation de la perte de cheveux à l’ensemble du corps est qualifiée d’Alopécie universalis.

Les zones les plus atteints par la chute de cheveux sont le front, l’arrière du crane du sommet du crane, et le haut des tempes.

On peut identifier d’autres causes à la calvitie que sont :

–          La trichotillomanie : trouble poussant les personnes à s’arracher les cheveux ou les poils en grande quantité. Ce trouble est guérissable grâce à un traitement psychologique et des antidépresseurs.

–          L’alopécie de traction : causée par la tension excessive ou constante des cheveux. Elle régresse notamment lorsque les tensions s’arrêtent.

Anti chute de cheveux

La calvitie, notamment connue sous le nom de « alopécie » en dermatologie, désigne la perte de cheveu plus ou moins importante sur certaines zones précises du crane.

Elle concerne les hommes en grande partie (80% des cas après 50ans) mais également les femmes même si ces dernières sont moins touchées par le phénomène.

Il existe plusieurs raisons qui peuvent expliquer cette perte de cheveux dont l’hérédité, les carences alimentaires, les hormones, et peut être permanente ou temporaire selon les cas.

Traitement médicaux contre la chute de cheveux :

Il existe un certain nombre de traitement mis au point afin de réduire la perte de cheveux en accélérant la repousse.

Le Finastéride : Au départ ce médicament avait été mis au point pour traite l’hypertrophie de la prostate, le Finastéride s’est révéler avoir un effet sur la chute et la repousse des cheveux.

En effet, dans la plupart des cas il produirait soit une repousse plus u moins importante ou un arrêt de la chute des cheveux.

Cependant le Finastéride entraine des effets secondaires tels que la baisse de la libido, les problèmes d’érection, une modification de la texture du sperme etc. Il est interdit chez les femmes dans la mesure où il serait à l’origine de la malformation des fœtus males.

Le Minixidil : Premier médicament commercialisé contre la calvitie, il procéderait par vasodilatation à une repousse toute fois modeste des cheveux. Il sert notamment de composant à de nombreuses lotions capillaires.

Il est cependant concurrencé par le Propecia qui agit en boquant le fonctionnement d’une enzyme .

Le traitement par médecine esthétique:

La micro-greffe est une technique consistant à se faire greffer des cheveux provenant de la couronne sur le haut de la tête. Cette technique est efficace dans la mesure où ces cheveux ne tomberont jamais.

Mais compte tenu du nombre de cheveux disponible au niveau de la couronne, il est impossible de regarnir la tête entièrement. Cela constitue une intervention délicate dont la réussite dépendra de l’habilité du médecin à bien replacer les cheveux pour une bonne pousse.

A la suite de la greffe, nous avons également le traitement par rayon laser.

Beaucoup plus connue comme solution efficace à la chute de cheveux, il y a les perruques ou complément qui permettent de dissimuler la perte de cheveux. Surtout après une chimiothérapie, la perruque apparait comme l’outil essentiel.

Traitement des hémorroïdes

Les hémorroïdes constituent une dilation des veines présentes au niveau de l’anus ou rectum.

De manière générale, il est normal que les veines présentes au niveau du rectum se dilatent lors des défécations, mais dans le cas des hémorroïdes, celle-ci restent en permanence dilatées.

Le traitement des hémorroïdes au-delà des traitements classiques et autres nouvelles méthodes passe d’abord par la prévention et l’hygiène alimentaire.

La prévention hygiénique et alimentaire:

Les hémorroïdes sont favorisées par la constipation ou la diarrhée. De ce fait observer un régime alimentaire sain réduirait les risques de contraction de celles-ci.

Cela consisterait en une réduction de la consommation d’aliment trop gras, de la consommation de fibres c’est-à-dire légumes, fruits etc. Egalement, il faut boire beaucoup, éviter les excitants.

En d’autres termes les règles alimentaires à appliquer se présentes comme suit :

–          Eviter les excès alimentaire et une alimentation trop grasse

–          Eviter les excitants

–          Eviter l’alcool

–          Eviter les épices

–          Les sports provoquant une irritation des zones hémorroïdaires

De ce fait, il est conseillé de :

–    Consommer de la viande au profit de la volaille, et du poisson, le thé au café.

–    Exercer une activité physique quotidienne comme la marche par exemple.

–    Eviter de rester assis pendant de longues heures.

–    Aller à la selle régulièrement et ne pas les retarder

–  Ne pas rester assis longtemps sur le siège des toilettes

Les traitements classiques:

Il faut accorder une importance à l’hygiène de la région anale. Le savon peut être une cause d’irritation en cas d’excès.

On a aussi les traitements à base de crèmes antalgiques ou anti-inflammatoires, que l’on applique avec la main en cas d’hémorroïdes externes ou avec un embout spécifique pour les hémorroïdes internes.

Des crèmes contre les hémorragies peuvent être utilisées en complément pour arrêter les saignements.

D’autres crises peuvent survenir au fil du temps. Pour cela il est préférable de consulter un médecin, afin d’envisager une chirurgie.

Il y a également, le traitement par injection de sclérosantes, contenant une substance irritante permettant de soulager rapidement le patient mais sans efficacité sur le long terme par rapport au traitement classique.

Il y a également le recours à la photo-coagulation par infrarouge, afin de fixer les muqueuses en agissant sur les vaisseaux.

Dans le cas d’hémorroïdes externes avec complication entrainant une thrombose, une intervention chirurgicale en envisageable pour résoudre le problème.

Soigner les hémorroïdes

Les hémorroïdes sont des éléments normalement présents au niveau de l’anus. Il ne s’agit pas de simples veines mais des lacs sanguins associés à des petits vaisseaux.

Le tout est regroupé en structures sous  forme de grappes de raisin collées entre elles et fixées à la paroi de l’anus.

Les hémorroïdes constituent une dilatation des veines de la  région anale et du tissu qui l’entourent.

Elles peuvent être internes ou externes et se caractérisent par des brulures et démangeaisons à l’intérieur du canal anal pouvant s’accompagner de saignement.

Les éléments favorisants les hémorroïdes:

Bien que les causes exactes des hémorroïdes soient encore mitigées certains facteurs par contre favoriseraient leur apparition.

Il s’agit des troubles du transit intestinal c’est-à-dire la constipation et la diarrhée, la grossesse et l’accouchement, ainsi que le sport dans une moindre mesure.

Traitement des hémorroïdes:

En général, les hémorroïdes se soignent efficacement à l’aide de traitements symptomatiques simples qui atténuent la douleur tout en réduisent l’inflammation. Cependant il faut accorder une importance à l’hygiène de la région anale. Le savon peut être une cause d’irritation en cas d’excès.

Toutes ces mesures permettent de résoudre la crise puis d’en prévenir d’autres dans plus de la moitié des cas.

Les traitements des hémorroïdes sont la plupart du temps à base de crèmes antalgiques ou anti-inflammatoires, que l’on applique avec la main en cas d’hémorroïdes externes ou avec un embout spécifique pour les hémorroïdes internes.

Des crèmes contre les hémorragies peuvent être utilisées en complément pour arrêter les saignements. Ces traitements sont la plupart du temps efficaces, bien que ne supprimant pas totalement le problème.

D’autres crises peuvent survenir au fil du temps. Pour cela il est préférable de consulter un médecin, afin d’envisager une chirurgie.

Il y a également, le traitement par injection de sclérosantes, contenant une substance irritante permettant de soulager rapidement le patient mais sans efficacité sur le long terme par rapport au traitement classique.

Il y a également le recours à la photo-coagulation par infrarouge, afin de fixer les muqueuses en agissant sur les vaisseaux.

Dans le cas d’hémorroïdes externes avec complication entrainant une thrombose, une intervention chirurgicale en envisageable pour résoudre le problème.

Hémorroïdes

Les hémorroïdes constituent une dilation des veines présentes au niveau de l’anus ou rectum.

De manière générale, il est normal que les veines présentes au niveau du rectum se dilatent lors des défécations, mais dans le cas des hémorroïdes, celle-ci restent en permanence dilatées.

Plus d’un adulte sur deux de plus de 50 ans est touché par les hémorroïdes, dont la grossesse, la constipation, et la régression de certains tissus du fait de l’âge en sont les causes majeures.

Manifestations et symptômes des hémorroïdes

La grosseur des dilatations produites par les hémorroïdes varient d’un individu à l’autre.

Ainsi on distingue deux types d’hémorroïdes : les hémorroïdes internes et les hémorroïdes externes.

Les hémorroïdes internes se localisent dans l’anus, et évoluent au fur et à mesure si rien n’est fait pour stopper sa progression.

Dans un premier temps, l’hémorroïde reste interne à l’anus et ne bouge pas : c’est le premier degré.

Ensuite l’hémorroïde sort de l’anus en cas de défécation suite à l’effort et revient à son état normal une fois l’effort terminé : c’est le second degré.

Egalement, il y a une phase pendant laquelle l’hémorroïde doit être replacée à sa place manuellement âpre la défécation : c’est le troisième degré.

Enfin, il y a la phase où l’hémorroïde, ne peut être replacée dans son lit : il s’agit du quatrième degré.

Les hémorroïdes externes quant à elles, se localisent sous la peau de l’anus entrainant des enflures ou gonflements.

Elles sont douloureuses en raison de la présence de nombreuses fibres nerveuses dans cette zone.

De plus, elles présentent des risques quant à la formation d’un caillot de sang dans une veine dilatée, entrainant des complications.

Généralement, les symptômes liés aux hémorroïdes sont les suivantes :

-une sensation de brulure et de démangeaison au niveau de l’anus

-un saignement léger, et de petites douleurs au moment des défécations

-une sensation d’enflure interne de l’orifice anal

-suintement de mucus par l’anus et sortie de protubérance en cas d’hémorroïde interne à partir du second degré

Personnes à risque et conséquences

Les personnes dont un proche souffrirait d’hémorroïdes, les femmes enceintes, et les personnes atteintes de cirrhose du foie sont les plus susceptibles à souffrir des hémorroïdes.

L’obésité, la constipation et la diarrhée régulière, la pratique du coït anal, et le fait de rester assis longtemps sur le siège des toilettes favorisent les hémorroïdes.