polyarthrite causes traitement

La polyarthrite rhumatoïde est un rhumatisme inflammatoire chronique. Il s’agit d’une maladie des os et des articulations caractérisée par des inflammations,  évoluant sur plusieurs années.
Elle fait également partie des maladies dites « auto-immunes », c’est-à-dire qui se caractérisent par un dérèglement du système immunitaire.

Ce phénomène provoque l’inflammation des articulations, responsable de douleurs et de gonflements chroniques qui peuvent être plus ou moins intenses et qui constituent les principaux signes cliniques de la maladie.

 

Manifestation et symptômes de la maladie:

La maladie évolue par poussées inflammatoires de durée et d’intensité variables et gagne progressivement de nouvelles articulations. Elle provoque des gonflements et des douleurs, notamment au niveau des mains, des poignets et des genoux.
Au début, elle se manifeste par des douleurs nocturnes, surtout en seconde partie de nuit et des raideurs matinales. La fièvre et la fatigue sont également fréquentes.

Puis, dans 20 à 30 % des cas, l’inflammation provoque la dégradation progressive du cartilage et de l’os des articulations touchées et entraîne leur déformation.

Si elle n’est pas traitée dans ses cas les plus graves la maladie pet entrainer un handicap grave.

Des manifestations extra articulaires peuvent parfois survenir tels que des nodules rhumatoïdes, sorte de « boules » souvent situées aux coudes ou à coté des articulations des doigts ou encore une sécheresse de l’œil et de la bouche.

Dans ses formes les plus graves, la maladie touche également d’autres organes : l’œil, le cœur, les poumons, les nerfs ou les vaisseaux.

 

 

 

Traitement le la polyarthrite:

Heureusement, des médicaments permettent aujourd’hui d’offrir une rémission. Ils sont efficaces dans un cas sur deux sur une polyarthrite rhumatoïde débutante, précisent certains rhumatologues.

Outre les antalgiques et les corticoïdes, un traitement simple est prescrit dès le diagnostic. En général, il soulage le malade en quatre à six semaines et permet une rémission de la maladie  sans poussées ni inflammations  en six à neuf mois.

En dehors de ce traitement les rhumatologues peuvent proposer des biothérapies, médicaments dérivés de molécules biologiques naturelles plus efficaces, administrés en injections chaque quinzaine.

Ces nouvelles molécules comportent plus d’effets indésirables que le traitement classique notamment un risque d’infection ou de tuberculose. Le traitement nécessite un contrôle par des dosages sanguins réguliers.

La rééducation permet également d’offrir des résultats probants grâce à la physiothérapie, la kinésithérapie et l’ergothérapie.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailFacebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail