Traitement de l’apnée du sommeil

Le syndrome de l’apnée du sommeil est une affection largement répandue dans la population. Elle est méconnue, peu diagnostiquée et traitée dans une faible proportion.

La recherche médicale moderne a établi un lien de cause à effet, entre le développement d’hypertension artérielle chez les gens affectés par l’apnée du sommeil et la prévalence à long terme de problèmes cardiaques et d’accidents cérébraux vasculaires.

Cependant, le problème peut être traité grâce à n certains nombre de traitements spécialisés.

Traitement par Pression Positive Continue:

Il s’agit du port d’un appareil CPAP ou Ventilation par Pression Positive Continue. C’est un masque nasal qui grâce à une pression permet de favoriser l’entrée de l’air par la bouche en cas d’apnée du sommeil.

Le seul reproche à faire à cet appareil serait la sensation d’inconfort qu’il procure bien qu’il donne des résultats satisfaisants.

Le traitement par la chirurgie:

En cas d’apnée du sommeil surtout, la chirurgie est de plus en plus préconisée.

Dans le cadre d’une chirurgie classique cela consiste en une ablation partielle du voile du palais afin d’agrandir les voies respiratoires. Les amygdales peuvent également se voir enlever si nécessaire.

La chirurgie par laser ainsi que le traitement par radio-fréquence constituent aussi des solutions plus ou moins efficaces pour lutter contre le ronflement.

La chirurgie maxillo-faciale elle consiste à tirer la langue vers l’avant ou à avancer les deux mâchoires avec des résultats très probants.

Elle peut s’accompagner d’une réduction de la langue ou du voile du palais.

L’orthèse mandibulaire:

En cas de refus du CPAP, ou si la maladie n’est pas virulente, l’utilisation de l’orthèse de propulsion mandibulaire durant le sommeil constitue une alternative.

Il se fixe sur les dents afin de libérer le pharynx par projection en avant de la mâchoire inférieure.

La stimulation électrique:

Il s’agit d’un stimulateur implanté sous la peau que le patient peut déclencher à volonté afin d’activer à chaque respiration grâce à une électrode placée sous la langue, un nerf permettant de déplacer celle-ci vers l’avant.

Les médicaments:

Une meilleure compréhension des mécanismes intimes du syndrome permet d’entrevoir des traitements médicamenteux, souligne le Pr Pépin (Grenoble): «Un essai est en cours sur l’intérêt des statines, pour voir si en combinant leur effet anti-inflammatoire avec la PPC, on améliore l’efficacité du traitement. D’autres sont en cours avec des anti-oxydants Mais l’avenir est clairement à la combinaison de traitements adaptés à chaque patient.»

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailFacebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail